Questions/réponses sur les compléments alimentaires
Le 11 décembre 2017
Source
: sante.gouv.fr


 
Qu'est-ce qu'un complément alimentaire ?
Les compléments alimentaires sont définis comme « des denrées alimentaires dont le but est de compléter un régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique ». Ces produits sont destinés à être pris par voie orale et sont conditionnés en doses sous forme de comprimés, gélules, pastilles, ampoules. Les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires régies par une réglementation européenne concernant leur fabrication et leur commercialisation. En France, c’est le décret n°2006-352 du 20 mars 2006 qui transpose la directive européenne n°2002/46/CE [1] sur les compléments alimentaires commercialisés dans les pays de l’Union Européenne.
 
Sont-ils des médicaments ?
Non, les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments. Même s’ils sont présentés sous forme de gélules, pastilles, comprimés, et autres formes de préparations liquides ou en poudre destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité, ils ne constituent en aucun cas une alternative aux médicaments prescrits par un médecin et/ou délivrés par un pharmacien.
 
Que contiennent les compléments alimentaires ?
Les compléments alimentaires peuvent contenir des nutriments (vitamines et minéraux), des plantes (sont exclues de ce cadre les plantes destinées à un usage exclusivement thérapeutique), des substances à but nutritionnel ou physiologique (substances chimiquement définies, à l’exception des substances pharmacologiques), des ingrédients traditionnels (ex. : gelée royale…), des additifs, des arômes et des auxiliaires technologiques (support d’additifs) dont l’emploi est autorisé en alimentation humaine. Les substances chimiques utilisées comme sources de vitamines et de minéraux dans la fabrication des compléments alimentaires doivent être sans danger. Ces substances sont listées par l’arrêté du 9 mai 2006 relatif aux nutriments pouvant être employés dans la fabrication des compléments alimentaires issu du décret n°2006-352. 

 
Où sont vendus les compléments alimentaires ?
Les compléments alimentaires sont vendus sans ordonnance et sont largement distribués dans les pharmacies, les grandes surfaces, les magasins spécialisés en diététique ou bien sur Internet.
 
Dans quels cas peuvent-ils être utilisés ?
Un régime alimentaire adapté et varié, dans des circonstances normales, devrait apporter à un être humain tous les nutriments nécessaires à son bon développement et à son maintien en bon état de santé.
Cependant, en raison d’un mode de vie particulier ou pour d’autres motifs, des consommateurs souhaitant compléter leur apport en nutriments peuvent recourir à des compléments alimentaires. Pour certaines populations (femmes enceintes, personnes âgées…), des apports en vitamines, minéraux et autres nutriments par les compléments alimentaires peuvent présenter un intérêt mais leur indication relève plus du conseil médical que d’une démarche alimentaire individuelle non éclairée. Lorsqu’on suit un traitement médicamenteux, il est néanmoins essentiel de consulter son médecin ou son pharmacien avant de prendre un complément alimentaire car ces derniers peuvent interagir avec les médicaments et modifier leur efficacité.
 
Quelle est l’autorité de controle compétente en matière de compléments alimentaires ?
L’autorité compétente est la Direction Générale de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCCRF).
Ministère de l’Économie et des Finances
151,139, rue de Bercy
75572 Paris Cedex 12
Téléphone : 01 40 04 04 04
http://www.economie.gouv.fr/dgccrf
 
Quelles mentions doivent porter les étiquettes des compléments alimentaires ?
Les indications obligatoires sur l’étiquetage des compléments alimentaires sont les suivantes :
• le nom des catégories de nutriments ou substances caractérisant le produit ou une indication relative à la nature de ces nutriments ou substances
• la portion journalière de produit dont la consommation est recommandée
• un avertissement contre le dépassement de la dose journalière indiquée
• une déclaration visant à éviter que les compléments alimentaires ne soient utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié
• un avertissement indiquant que les produits doivent être tenus hors de la portée des enfants.